mardi 31 mai 2016

Les voleurs de destins, de Lucie Dyal

Fiche technique :

Auteur : Lucie Dyal
Titre : Les voleurs de destins
Série / Volume : Les Pierres Hurlantes volume 1
Editeur : Autoédition
Nombre de pages : 509
Date de parution : Novembre 2015


Présentation auteur :

De banals rochers s’illuminent d’écarlate et hurlent aux oreilles des magiciens à proximité sur les trois continents d’Hexavia. Et une centaine d’années plus tard, nul n’a résolu ce mystère. D’ailleurs, personne ne s’en inquiète. Les uns et les autres sont trop occupés à acquérir plus de pouvoir en dépit de la morale. Seul, le mage Meldior, dernier témoin encore vivant, sillonne les routes en quête de réponse.
La domination du royaume de Boicéande sur la planète résulte du prestige de ses monarques-magiciens dotés par les fées de dons magiques. En naissant avec douze jours d’avance par rapport aux prévisions, Aliandra l’héritière du royaume se voit privée de ses privilèges et de sa fabuleuse destinée promise. Pire, son nouvel avenir est fermé à toutes prédictions. Mauvais tour de la nature ou bien a-t-on fait plier la toute puissante magie ? Et que dissimule le futur de la princesse ? D’autant plus que dans son entourage, elle n’est pas la seule dont le destin annoncé ne se réalise pas…

La saga Les Pierres Hurlantes qui comptera six tomes, n’a rien d’un conte de fées, elle s’inscrit dans la pure tradition de l’heroic fantasy.
Dans un style imagé et poétique, Lucie Dyal surprend, captive et capture le lecteur dans les rets envoûtants d’Hexavia. Avis aux frileux du genre, voici une épopée qui réconcilie la Fantasy et la belle littérature.


Avis :

Autant le dire tout de suite, j'ai aimé ce roman fantasy, véritablement ! J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire au début, l'intrigue dense et complexe nécessitant plus de concentration que je ne pouvais en fournir, mais une fois que j'ai pu me poser et me concentrer sur ma lecture j'ai dévoré Les voleurs de destins.
 
Premier tome d'une saga qui en comptera six, Les voleurs de destins prend le temps de nous présenter le monde d’Hexavia : géographie, histoire, us et coutumes, politique, etc... Rien n'est laissé au hasard, tout a été pensé dans les moindres détails. L'important glossaire présent en début et en fin d'ouvrage en est la preuve : c'est inventif, maîtrisé, et totalement dépaysant.
Les descriptions, empruntes de poésie, sont une invitation au voyage et à l'émerveillement : les paysages, extrêmement variés, sont somptueux et magnifiques, les créatures étranges et fantastiques pullulent, il y a de la magie dans l'air, au sens propre comme au sens figuré ! L'intrigue, qui se révèle petit à petit au fil de la lecture, met en scène des personnages attachants qui voient leurs vies et leurs destins mis à mal par l'affrontement de deux types de magie. Il y a de l'action, du mystère et du suspense, impossible de s'ennuyer, d'autant plus que le rythme s'intensifie tout au long de la lecture. Chaque chapitre est introduit par des extraits d'archives et met en scène un personnage en particulier : cela peut être perturbant au début car l'auteur passe allègrement d'un personnage à l'autre, enchainant des faits et des actions qui semblent sans véritables liens, mais tout devient limpide assez rapidement et les intrigues principales se dégagent sans problème. J'ai aimé ce monde où la magie joue un grand rôle, le mélange d'apprentissage et de complots, et surtout tout ce qui concerne la recherche et la préservation de la connaissance : c'est plutôt rare de trouver autant d'archives dans un roman fantasy, et cela m'a beaucoup plu (déformation professionnelle de ma part ? ^_^).

Le style de Lucie Dyal est agréable à lire. Les descriptions sont nombreuses au début du roman (normal, il y a tout un monde à découvrir) mais ne sont pas indigestes car l'action est quand même bien présente. Plus on avance dans Les voleurs de destins, plus les rebondissements s'enchaînent, jusqu'au final qui nous fait regretter d'être déjà parvenu à la dernière page : le mystère entourant les pierres hurlantes reste entier, même si quelques éléments glanés par différents personnages permettent de mieux cerner les faits, et l'on quitte avec regrets des personnages que l'on a vu grandir et évoluer... 

Les voleurs de destins est la preuve, une fois encore, que l'autoédition produit du bon, et même du très bon ! Un grand merci à l'auteur, Lucie Dyal, pour m'avoir fait découvrir ce titre dans le cadre d'un partenariat. J'ai hâte de lire la suite !




6 commentaires:

  1. J'adore découvrir des univers de cette façon, les descriptions... et le genre est assez inconnu pour moi mais j'aimerais vraiment m'y mettre ! quelles sont justes les raisons, ou les points un peu plus négatifs que tu y as trouvé ? j'ai vu que tu lui avais mis 15 sur livraddict (même si c'est un très bonne note)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement 15/20 (je n'ai pas mis 16 ?) c'est une très bonne note pour moi. En fait, j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire au début à cause de la multitude de faits et de notions à assimiler. L'auteur est allée jusqu'à créer de nouvelles unités de mesure de temps et de distances ; c'est très bien fait et expliqué dans le glossaire, avec des tableaux récapitulatifs en prime, mais si on n'est pas suffisamment concentré sur la lecture on est vite perdu (par exemple : l'action se passe 6 jours plus tard ou 6 semaines ?) et il faut se référer au glossaire sans cesse... Mais avec un peu d'habitude et de concentration ce problème disparaît, ce n'est plus gênant une fois que l'on est immergé dans l'histoire. J'espère que cette précision t'a donné envie de découvrir "Les voleurs de destins", c'est vraiment une très belle expérience de lecture :-)

      Supprimer
  2. Oh je vois ! C'est vrai que j'ai déjà connu ça dans quelques livres, quand on doit tout le temps vérifier à la fin pour être sur de bien comprendre... et au final on finit par tout intégrer, ça devient naturel. Merci beaucoup pour tes explications, oui je pense que je vais le lire :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te souhaite une excellent future lecture alors :-)

      Supprimer
  3. Merci pour cette chronique qui me va droit au coeur. La suite de l'histoire me parait plus légère à écrire. à bientôt pour le tome 2.
    Lucie Dyal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous pour cette histoire qui m'a fait rêver et voyager Lucie :-) Bon courage pour l'écriture de la suite, j'ai hâte de la lire.

      Supprimer