mercredi 22 mars 2017

Mercredi, c'est citation : Accords nus, de Marc Levy (dans 13 à table 2017)


 

C'est beau une fille qui lit un livre dans les transports en commun. Ces filles-là, on dirait que le monde autour d'elles n'existe plus. Elles ont le regard rivé à leur lecture et, chaque fois qu'elles tournent une page, elles le font de façon précipitée, comme si la lecture du prochain mot ou de la prochaine phrase à venir relevait d'une urgence. C'est cette urgence qui est belle, ce besoin absolu de connaître la suite. La lassitude du trajet, la monotonie du quotidien, la solitude ou les fins de mois difficiles, tout est emporté par une ribambelle de caractères en noir et blanc qui façonnent des mondes en couleur.
 
 
 
 

lundi 20 mars 2017

Challenge "Bingo littéraire du printemps"


 
Cela faisait longtemps que je n'avais pas participé à un petit bingo littéraire. Celui-ci est organisé par LaurenceAuthentique sur le forum Livraddict.
 
 
Le principe :
  • Lire un maximum de livres correspondant aux cases. 1 livre = 1 case, autrement dit un livre ne peut pas valider plusieurs cases à la fois.
  • Chaque case remplie vaudra 1 point. Chaque ligne ou colonne remplie cela vaudra 5 points bonus. Si la grille est entièrement remplie, cela vaudra un bonus de 10 points !
  • Le but de ce challenge est de s'amuser donc pas de tricherie ça ne sert strictement à rien.
 
Durée :
 
Du 20 mars au 20 juin 2017.
 
 
Inscription :
 
Sur le forum Livraddict, dans le fil de la discussion.
 
 
Et voici la grille complétée au fil de mes lectures :  

Trafiquants d'âmes, de Michel Lamart

Fiche technique :

Auteur : Michel Lamart
Titre : Trafiquants d'âmes
Editeur / Collection : Lune écarlate / Lune étoilée
Nombre de pages : 196
Date de parution : Novembre 2016


Présentation éditeur :

Michel Lamart est né en 1949, mais sa principale caractéristique est d’être un touche à tout (critique, nouvelliste, poète, parolier, auteur dramatique) qui se reconnaît en matière de Science Fiction deux maîtres, et pas des moindres : Daniel Walther et le regretté Alain Dorémieux.
Il met ici deux mondes en opposition : celui des individus qui se veulent libres et celui des masses, des foules dévoreuses et violentes menées par des puissants peu scrupuleux. Ces derniers sont prêts à tout pour conserver le pouvoir et leur mainmise sur les personnes. Les autres n’ont pour seules armes que leur vision du monde et une solidarité naissante du côté des obscurs, des sans grades.
Et, bien sûr, la victoire est dans le camp de ceux qui savent, qui ont la capacité de prendre en compte les exigences du monde réel et les conséquences de leurs actes.
La réalité ? Une réalité ? Mais laquelle ?
Celle de Rom, de Monk, de Starre, des Errants, de Neal d’Ève, des Bulliens, de Brüss ? La nôtre ? Ou simplement celle d’un monde inventé par un auteur qui se soucie peu des modes ?
Les réalités inventées ne sont jamais calmes et sereines. Elles grouillent de vie et d’événements subis et/ou maîtrisés par les personnages.
La réalité des Trafiquants d’Âmes est, bien entendu, celle de la lutte pour se maintenir au pouvoir, mais peut-être encore bien davantage celle de se découvrir et passer outre ses limites.


Avis :

J'ai lu Trafiquants d'âmes de Michel Lamart dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Lune écarlate qui lancent une nouvelle collection dédiée à l'anticipation et la science-fiction : Lune étoilée.
 
Plus de deux semaines après avoir terminé Trafiquants d'âmes, je ne sais toujours pas si j'ai aimé ou non ce roman. J'y pense souvent, preuve qu'il a eu un impact sur moi, mais je n'arrive pas à me décider... Alors, bon ou mauvais ? Il y a du positif, mais également plusieurs points négatifs, du moins en ce qui me concerne.
Commençons par le positif, c'est quand même le plus important. L'intrigue est ce qui m'a le plus plu dans ce roman. Elle se déroule dans un monde post apocalyptique où la population vit dans des bulles, sous une double dictature religieuse et commerciale. Le monde extérieur est devenu inhabitable, les gêneurs et repris de justice y sont bannis dans l'indifférence générale. Michel Lamart nous entraine dans les pas de plusieurs personnages qui vont prendre conscience du monde dans lequel ils vivent et vont tenter de le faire évoluer... Je n'en dirais pas plus pour ne rien dévoiler d'important, sachez simplement que l'intrigue est complexe, cela semble partir dans tous les sens mais le final stupéfiant va remettre toutes les pièces du puzzle en place. Il y a beaucoup d'action, des retournements de situation, un peu de suspense également, bref ça bouge pas mal. Il y a également une réflexion sous-jacente sur l'accès à la liberté par la connaissance, l'abrutissement des masses et la mainmise des puissants sur les populations dociles.
Concernant les points négatifs, ce qui m'a gêné dans cette lecture, il y a tout d'abord le style de l'auteur. Je n'ai pas du tout adhéré à sa plume, ni à sa façon de présenter les faits, sans explications (elles viennent bien souvent plus tard dans le texte) ni transitions (je me suis souvent demandée qui faisait quoi car les changements de personnages ne sont pas toujours transparents, alors qu'il aurait parfois suffit d'un changement de paragraphe pour clarifier le texte). Les personnages principaux sont nombreux et plutôt variés dans leurs caractères, mais je n'ai pas du tout accroché, je les ai observés de loin sans m'investir dans leurs aventures. C'est dommage car l'empathie (ou au minimum l'intérêt) pour les personnages joue beaucoup dans mon impression de lecture. Le dernier point qui m'a posé problème est la gestion du temps de l'histoire : les évènements se succèdent très rapidement, mais pas de manière réaliste. Par exemple une croisade est décidée, et on a l'impression que 10 minutes après l'annonce des milliers de personnes combattent à plusieurs centaines de kilomètres du point de départ. A côté de cela, un véhicule embourbé mettra un long moment (plusieurs jours ? semaines ?) pour être dégagé et rejoindre le début du combat... J'ai trouvé cela assez déstabilisant de ne pas pouvoir faire une chronologie réaliste, même sommaire, des faits principaux.
 
Pour conclure, Trafiquants d'âmes possède une intrigue déroutante et complexe qui mérite d'être découverte. Je n'ai pas été séduite par le style de Michel Lamart, mais je ne doute pas qu'il puisse faire mouche auprès d'autres lecteurs.



samedi 18 mars 2017

Le pacte interdit, d'Henri Bellotto

Fiche technique :
 
Auteur : Henri Bellotto
Titre : Le pacte interdit
Editeur : Les éditions JCL
Nombre de pages : 448
Date de parution : Mai 2016
 
 
Présentation éditeur :
 
Quelque part au XXIe siècle... L'enfance dorée de Nelly Weatherly, une fillette impulsive, sournoise et gâtée à outrance par son père Phil, risque de prendre une tournure dramatique, alors qu'on lui diagnostique une maladie potentiellement mortelle et, surtout, incurable. Heureusement, bien avant sa naissance, son papa avait prévu le coup et, dans le plus grand des secrets, il avait chargé une entreprise de lui créer un double anonyme grâce à un protocole en marge des lois que l'on appelle Creator. Enfermée comme un animal dans une sorte de prison, la copie de Nelly vit dans des conditions inhumaines en attendant qu'on lui prélève des « pièces de rechange ». Mais lorsqu'une infirmière décide de soustraire celle qu'elle surnomme Laura à son destin, une course mortelle contre la montre s'engage.
Dans un monde où la science prend parfois des détours qui peuvent sembler immoraux, Le Pacte interdit nous force à nous questionner sur l'abandon des valeurs humaines les plus fondamentales. Alors que les limites de plus en plus floues de cette science sont définies puis redéfinies à la hâte, on peut se demander si l'Humain a toujours confiance en la nature et si parfois, il ne devrait pas se faire une raison avant de corriger ce qu'il juge inacceptable.
 
 
Avis :

Quand l'argent roi rencontre la science toute puissante, cela peut donner un résultat totalement inhumain. Henri Belloto nous entraine dès les premières pages dans un thriller glaçant et oppressant jusqu'au dénouement inattendu. J'ai adoré cette intrigue se passant dans un futur extrêmement proche et mettant en scène les destins croisés d'une petite fille malade et du clone créé pour lui fournir des pièces détachées. C'est à la fois palpitant et émouvant, une réussite !

Dans Le pacte interdit nous suivons trois histoires en parallèle qui se rejoignent petit à petit. Il y a d'un côté Lisbeth et Phil Weatherly, un couple richissime mais assez mal assorti qui veille sur leur fille adorée, Nelly, une petite peste pourrie gâtée dont la vie est en sursis à cause d'une grave maladie génétique. Il y a de l'autre côté le clone de Nelly, élevée comme un animal de laboratoire, démunie de tout (elle n'a même pas de nom), dont le seul rôle est de servir de réserve d'organes pour Nelly jusqu'à ce qu'une infirmière prise de remords devant tant de souffrance décide de l'enlever et de l'élever comme sa petite fille. Il y a enfin le lieutenant Thomas Stankov, du bureau fédéral d'éthique, qui mène une enquête après la découverte de corps d'enfants non identifiés dont la plupart des organes ont été prélevés...
Ces trois histoires s'entremêlent harmonieusement, l'auteur passant de l'une à l'autre sans perdre le lecteur, au gré des changements de chapitres, ce qui donne une lecture sous haute tension, riche en suspense, qui nous oblige à tourner les pages sans s'arrêter tant l'envie de découvrir la suite est importante. Les personnages sont sympathiques et attachants en ce qui concerne les "gentils" (j'ai tout particulièrement adoré la personnage de Laura, la petit clone qui découvre le monde), odieux et méprisables en ce qui concerne les "méchants", avides d'argent et de pouvoir et ne reculant devant aucune bassesse. Leurs personnalités sont complexes et bien cernées, assez réalistes même, ce qui fait froid dans le dos... Car en plus de l'aspect thriller pur et dur (très bon), c'est le questionnement sur le devenir de l'Homme que j'ai énormément apprécié. L'intrigue se déroulant dans un futur proche, les hypothèses émises par l'auteur ne relèvent pas de la science-fiction, et dans le monde qui est le notre, obnubilé par l'argent, la jeunesse et la reconnaissance à tout prix, l'idée que certains puissent se payer des réservoirs d'organes en dépit de toute morale n'est pas si absurde que cela...
 
 
 
 

vendredi 17 mars 2017

Il y a un robot dans le jardin, de Deborah Install

Fiche technique :

Auteur : Deborah Install
Traducteur : Clara Gourgon
Titre : Il y a un robot dans le jardin
Editeur : Super 8 éditions
Nombre de pages : 344
Date de parution : Janvier 2017


Présentation éditeur :

Ben est peut-être en train de laisser passer le train de sa vie. Vivant sur l’héritage de ses parents, il regarde, impuissant, sa femme avocate s’éloigner de lui. Loser ?
Et puis, un matin, Ben trouve un robot dans son jardin. Un adorable petit machin de ferraille qui, assis dans l’herbe, contemplant des chevaux, éprouve toutes les peines du monde à expliquer ce qu’il fabrique ici. « Débarrasse-nous de ce truc ! » exige sa femme en substance. Mais, pour une raison qu’il a du mal à s’expliquer lui-même – et au moment où Amy, à bout de patience, a décidé de demander le divorce –, Ben s’embarque avec Tang dans une quête à travers le monde entier afin de ramener le robot à son propriétaire. Tendre et malicieux, drôle et manipulateur, Tang apprend vite. Et si, sous le vernis écaillé de l’intelligence artificielle, se cachait un vrai cœur ? Et si, au bout du chemin, Ben trouvait bien plus que ce qu’il pensait chercher ?


Avis :
 
Vous connaissez les romans "feel good" ? Ce sont des histoires amusantes et attachantes qui se lisent facilement ; on verse quelques larmes (si on est aussi sensible que moi) et on ressort de la lecture avec une pêche d'enfer : bref, ce sont des romans qui font du bien au moral et qui nous reboostent pour affronter nos soucis quotidiens. Il y a un robot dans le jardin s'apparente tout à fait à ce genre tendance et en remplit tous les critères avec brio.

Le héros, Ben, est un brave garçon qui se laisse vivre et qui ne va jamais au bout de ses projets, au grand désespoir de son épouse qui aimerait qu'il trouve un travail et qu'il lui fasse un enfant. L'arrivée d'un petit robot tout déglingué dans son jardin va chambouler son existence routinière et confortable, l'obligeant à prendre des décisions et à devenir plus responsable. Le périple qui le conduira jusqu'au bout du monde sera riche en rencontres et en expériences qui le feront mûrir.
J'ai adoré les personnages de Ben, "loser" au grand cœur, et de Tang, petite boite de conserve attendrissante qui se comporte comme un jeune enfant, capricieux et parfois autoritaire, mais également avide d'apprendre et effrayé par l'idée de la séparation. Leur duo parcourant le monde est à la fois drôle et touchant : certaines de leurs expériences sont cocasses, d'autres plus sombres ou dramatiques, mais toutes vont les rapprocher et les faire grandir jusqu'au terme d'un voyage qui les trouvera changés.
Sous un aspect léger et simple à lire, l'auteur aborde des sujets plutôt difficiles tels que le deuil et la séparation, la différence, la responsabilisation et l'estime de soi... L'aspect légèrement futuriste n'est qu'un prétexte, ne vous attendez surtout pas à un roman de science-fiction ou à un conflit robots/humains : vous trouverez dans ce roman des êtres vivants qui prennent soin les uns des autres, et à l'époque actuelle c'est vraiment appréciable.
 
Un grand merci aux éditions Super 8 et au site Babelio pour ce très beau moment de lecture.