mardi 14 février 2017

Les Grisommes : Avènement, de Frédéric Livyns

Fiche technique :
 
Auteur : Frédéric Livyns
Titre : Avènement
Série / Volume : Les Grisommes volume 1
Editeur / Collection : Séma éditions / Séma'gique
Nombre de pages : 228
Date de parution : Novembre 2016
Public concerné : à partir de 8 ans
 
 
Présentation éditeur :
 
Une grande menace pèse sur notre monde. Nathan a laissé les Grisommes s’emparer d’une pierre aux pouvoirs immenses. Pour réparer son erreur, l’adolescent doit parcourir différentes dimensions et retrouver les Joyaux qui vont sauver l’humanité. Là-bas, il disposera d’une arme majeure : son imagination. Car c’est elle qui façonnera les univers où il devra se rendre.
 
 
Avis :
 
Premier volume d'une trilogie pleine de promesses, ce roman jeunesse riche en rebondissements se lit avec beaucoup de plaisir. J'ai très largement dépassé l'âge du lecteur cible, mais cela ne m'a pas empêchée de frémir et de m'amuser en suivant les aventures du jeune Nathan.
 
Il y a quelques milliards d'années, le monde a été créé par la magie de six pierres de couleurs et de pouvoirs différents. Dispersés sur Terre, ces joyaux sont devenus l'enjeu d'une lutte millénaire entre le Bien et le Mal, les Gardiens d'un côté, chargés de veiller sur eux en secret, et les Grisommes de l'autre côté, qui cherchent à s'approprier leurs pouvoirs. Nathan, jeune adolescent de treize ans solitaire et casanier, va passer quelques jours de vacances chez sa grand-mère dont il vient tout juste de découvrir l'existence. Un évènement inattendu va alors le projeter en plein combat contre le Mal...
Il y a dans ce roman beaucoup de choses que j'ai appréciées. Tout d'abord les personnages, crédibles et sympathiques, auxquels les jeunes lecteurs pourront facilement s'identifier, en particulier le jeune Nathan avec ses problèmes d'adolescent "normal" et la mystérieuse Orianne, qui va l'aider dans sa quête. Ces personnages au caractère positif vont découvrir au fil de leurs aventures la force de l'amitié et du sacrifice et vont s'en trouver grandis. L'intrigue, quand à elle, est à la fois classique et inventive, elle fonctionne sur un système de quêtes progressives, un peu comme dans un jeu vidéo avec un artefact à rechercher, des embuches à surmonter et des boss de fin de niveau à battre pour récupérer les trésors (ici les six joyaux). Si le schéma peut sembler répétitif, les mondes traversés par nos jeunes héros, de même que les monstres à combattre, sont suffisamment variés pour ne pas lasser le lecteur. J'ai adoré le fait que les combats se basent sur l'imaginaire de Nathan : les Grisommes se servent de ses peurs d'enfance, même celles enfouies au plus profond de sa mémoire, pour l'effrayer tandis qu'il réplique à l'aide de son imagination fertile, enrichie grâce à ses nombreuses lectures. De même, les mondes traversés sont créés par l'imaginaire du jeune homme, ce qui n'est pas sans poser problèmes et situations cocasses.
Le texte se lit facilement et très agréablement. Le vocabulaire est riche sans être compliqué, parfait pour faire progresser les jeunes lecteurs. Les rebondissements sont nombreux, il y a beaucoup d'action et de révélations, impossible de s'ennuyer avec cette lecture ! Ajoutez à cela les petites touches d'humour disséminées ici et là par l'auteur et vous obtiendrez un roman rythmé et plein de peps.
 
Cette lecture m'a fortement donné envie de découvrir la suite des aventures de Nathan : cela tombe bien, le second volume des Grisommes, Châtiment, est déjà sorti !
 
 
 
 

mercredi 8 février 2017

La vie volée de Martin Sourire, de Christian Chavassieux

Fiche technique :
 
Auteur : Christian Chavassieux
Titre : La vie volée de Martin Sourire
Editeur / Collection : Phébus / Littérature française
Nombre de pages : 393
Date de parution : Janvier 2017
 
 
Quatrième de couverture :
 
La reine Marie-Antoinette a longtemps désespéré d’être grosse. Pour combler son manque d’enfants, elle adopte des orphelins. Comme ce garçon recueilli au bord d’une route qu’elle prénomme Martin. Mutique et solitaire, il gagne très vite une réputation de sauvage. C’est au hameau, près du Petit Trianon, qu’il grandit, vacher d’une ferme modèle où la reine se rêve bergère. Mais est-ce vraiment la place de Martin ?
 
Du château de Versailles à la grouillante rue parisienne, des cuisines d’un restaurant de luxe aux massacres en Vendée, Christian Chavassieux nous guide dans la tourmente révolutionnaire. D’une langue lyrique, forte en émotions et en sortilèges, il ressuscite des années décisives où l’espoir se mêle aux trahisons.
On ne peut pas lâcher ce roman d’apprentissage, qui suit un fils de la patrie à la recherche de son identité.
 
 
Avis :
 
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Phébus et le site Babelio pour m'avoir permis de lire ce superbe roman grâce à une opération Masse critique spéciale.
En 2014, j'avais lu et adoré L'affaire des vivants , le précédent roman historique de Christian Chavassieux paru aux éditions Phébus. J'étais donc impatiente de découvrir La vie volée de Martin Sourire dont l'action se déroule à une période clé de notre histoire, la période révolutionnaire. Cette lecture m'a vraiment enthousiasmée, je l'ai trouvée vivante, passionnante et instructive, bref je me suis régalée.

La vie volée de Martin Sourire couvre une période relativement courte entre les dernières années du règne de Louis XVI et de Marie-Antoinette et la Terreur (soit un peu plus d'une quinzaine d'années) ; période courte donc, mais extrêmement riche en bouleversements en tous genres, en particulier sociologiques et politiques. Nous y suivons Martin, jeune garçon discret adopté par caprice par une reine en mal d'enfants et rapidement abandonné à son sort par manque d'intérêt. Livré à lui-même, sa vie sera une succession de rencontres qui le feront grandir et évoluer, à Versailles tout d'abord, dans le cadre enchanteur (mais factice) du Hameau de la reine, puis à Paris et en province, des premières heures de la Révolution aux ultimes soubresauts de la Terreur. L'apprentissage de la vie par Martin sera également une sorte d'apprentissage pour le lecteur qui, comme le héros du roman, va découvrir la vie quotidienne des humbles et des riches en cette fin de XVIIIème siècle et va prendre conscience des bouleversements politiques qui s'engagent.
Je n'ai pas trouvé le personnage de Martin particulièrement attachant, peut-être à cause de son tempérament solitaire, mais j'ai pris beaucoup de plaisir à le suivre et à le voir évoluer tout au long du roman. J'ai partagé ses espoirs et son insouciance, ses doutes et ses déceptions face à un monde changeant où il est difficile de trouver sa place. L'auteur a donné vie à toute une galerie de personnages sympathiques et intéressants, qu'ils soient réels ou fictifs, qui vont permettre à Martin de grandir et de traverser cette période difficile, mais également permettre au lecteur de plonger dans l'Histoire de manière vivante et réaliste. Le texte oscille entre douceur de vivre et extrême violence, entre anecdotes et faits historiques. J'ai beaucoup aimé le style de Christian Chavassieux, mélange harmonieux de phrases courtes et de longues tirades, de dialogues réduits au minimum et de descriptions détaillées sans jamais être ennuyeuses. Les chapitres sont courts, les pages s'enchainent rapidement, il n'y a ni temps mort ni baisse de régime. J'ai été un peu déstabilisée par le début de la dernière partie, qui correspond à la période de la guerre de Vendée et de la Terreur, mais les dernières pages m'ont totalement convaincue, les mots de Martin m'ont bouleversée jusqu'au final, formidable.

Pour résumer, j'ai adoré La vie volée de Martin Sourire, roman historique vivant et réaliste qui nous plonge dans une période passionnante de notre histoire. C'est très bien écrit, intelligent et instructif, et pour ceux qui souhaitent approfondir le sujet, l'auteur a inséré des notes chronologiques, bibliographiques, biographiques et lexicales en fin de volume.



 

jeudi 2 février 2017

Bilan achats et lectures - Janvier 2017

En janvier, c'est le début des soldes ! Si j'ai été très raisonnable en ce qui concerne l'habilement et les accessoires, je me suis lâchée pour les livres 😉 Résultat : une PAL qui a beaucoup grandi, heureusement que mon rythme de lecture s'est un peu accéléré.

 
 Aperçu de mes soldes chez France Loisirs



MES LECTURES :
 
Romans :

2478 pages lues, et globalement de belles découvertes. Mon "Top 3" pour janvier : La marche de Mina de Yoko Ogawa pour son côté poétique et décalé, Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler de Luis Sepúlveda pour les valeurs qu'elle transmet, et La vie volée de Martin Sourire de Christian Chavassieux pour l'évocation vivante et documentée de la période révolutionnaire.
 
https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/01/la-marche-de-mina-de-yoko-ogawa.html    https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/01/le-syndrome-du-papillon-de-maxence.html    https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/01/la-promesse-elise-de-christian-laborie.html        https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/01/marquee-vie-demelie-schepp.html    https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/01/histoire-dune-mouette-et-du-chat-qui.html        https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/02/la-vie-volee-de-martin-sourire-de.html 

 
BD et manga :

Mis à part les 2 BD des Simpson que j'ai trouvé moyennes (elles ne valent vraiment pas le dessin animé), j'ai bien aimé toutes ces lectures : j'ai ri et versé quelques larmes avec Maliki blog, j'ai frissonné avec le tome 2 d'Undertaker, j'ai beaucoup appris avec les biographies romancées de Mei Lanfang, Joséphine Baker (une très belle découverte) et Pline (l'ancien).
 
        https://andree-la-papivore.blogspot.fr/2017/01/mei-lanfang-une-vie-lopera-de-pekin.html    https://www.instagram.com/p/BPSDNDaDSB7/?taken-by=andree_la_papivore            https://www.instagram.com/p/BQAUyjdjXFp/?taken-by=andree_la_papivore 
 
 
 
ILS ONT REJOINT MA PAL EN JANVIER :

Romans :
 
Dans l'ordre d'apparition, il y a eu un petit tour à la boîte à livres, deux romans reçus dans le cadre d'opérations Masse critique spéciale du site Babelio, un roman reçu dans le cadre de mon adhésion au gang Quais du Polar, un poche acheté pour ne pas perdre mon bon d'achat chez Decitre et une razzia pendant les soldes France Loisirs (70% de réduction sur les livres, et un livre gratuit pour chaque livre acheté, je ne pouvais pas passer à côté !!)... Résultat : + 13 livres dans ma PAL, l'année commence fort.
 
                                                 

 
BD et manga :

Soldes et achat du trimestre chez France Loisirs, et un petit tour à la librairie Glénat pour récupérer quelques nouveautés... + 8 albums dans ma PAL.

                           
 
 
 
 

jeudi 26 janvier 2017

Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler, de Luis Sepúlveda

Fiche technique :
 
Auteur : Luis Sepúlveda
Traducteur : Anne Marie Métailié
Titre : Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler
Editeur : Métailié
Nombre de pages : 126
Date de parution : Janvier 2004
Public : à partir de 8 ans
 
 
Quatrième de couverture :
 
Zorbas le chat grand noir et gros a promis à la mouette qui est venue mourir sur son balcon de couver son dernier œuf, de protéger le poussin et de lui apprendre à voler. Tous les chats du port de Hambourg vont se mobiliser pour l’aider à tenir ces promesses insolites.
A travers les aventures rocambolesques et drôles de Zorbas et Afortunada, on découvre la solidarité, la tendresse, la nature et la poésie.
 
 
Avis :
 
Voici une magnifique histoire, drôle et émouvante, qui aborde avec simplicité des thèmes forts et positifs tels que le respect (des autres, de la nature, de la parole donnée), l'entraide et la tolérance.
« [...] il faut que tu saches qu'avec toi, nous avons appris quelque chose qui nous emplit d'orgueil : nous avons appris à apprécier, à respecter et à aimer un être différent. Il est très facile d'accepter et d'aimer ceux qui nous ressemblent, mais quelqu'un de différent c'est très difficile, et tu nous a aidé à y arriver. »
J'ai adoré ce conte animalier moderne, qui peut se lire aussi bien par de jeunes lecteurs que par des adultes. Tout le monde y trouvera son compte : entre l'écriture poétique de Luis Sepúlveda, les valeurs positives qui font du bien au moral et les personnages adorables et bien croqués, vous n'aurez que l'embarras du choix. Que vous soyez un amoureux des chats ou non, vous ne pourrez qu'aimer Zorbas et la sympathique bande de matous du port de Hambourg, vous désoler face aux dégâts engendrés par la pollution et vibrer devant cette tendre histoire d'amour et d'amitié. Les chapitres sont courts et s'enchainent sans peine, le vocabulaire est riche sans être compliqué, la lecture est fluide et rapide. Un petit bijou, parfait pour découvrir Luis Sepúlveda, un auteur que j'apprécie énormément.
 
A noter que l'Histoire d'une mouette et du chat qui lui apprit à voler a été adaptée (librement) en dessin animé en 1999 sous le titre La mouette et le chat. Je ne l'ai pas vu, mais d'après la bande annonce les points principaux de l'histoire ont l'air d'être présents ; j'ai également l'impression que cette adaptation est destinée aux plus jeunes, qui pourront alors découvrir le livre en grandissant...



 
 
 

dimanche 22 janvier 2017

Marquée à vie, d'Emelie Schepp

Fiche technique :

Auteur : Emelie Schepp
Traducteur : Louis Poirier
Titre : Marquée à vie
Série / Volume : Jana Berzelius, volume 1
Editeur / Collection : Harper Collins / Noir
Nombre de pages : 411
Date de parution : Janvier 2017


Quatrième de couverture :

Norrköping, Suède. La procureure Jana Berzelius arrive sur la scène du meurtre d’un haut responsable de l’Immigration en Suède, assassiné dans sa maison, au bord de la mer Baltique. Le tueur n’a laissé aucune trace. Etrangement, les seules empreintes que l’on retrouve sont celles d’un enfant…
Quelques jours plus tard, sur un rivage désolé, on découvre le corps du meurtrier. Un très jeune garçon. Avec sur la nuque le nom d’un dieu grec, grossièrement gravé dans la chair. Cet horrible stigmate provoque chez Jana, pourtant réputée pour sa froideur, un séisme sans précédent. Car elle porte la même scarification, dissimulée sous ses cheveux. La marque d’un passé qui ne lui revient que par flashs incontrôlables…


Avis :

Tout d'abord, un grand merci aux éditions Harper Collins et au site Babelio pour cette lecture reçue dans le cadre de l'opération Masse critique, je me suis régalée !
 
Dans une Suède en proie à un flux toujours plus important d'immigrés, le meurtre d'un haut responsable de l'Office de l'immigration ne peut que poser problèmes et interrogations : s'agit-il d'un crime d'opportunité ? d'un crime passionnel ? de la vengeance d'un réfugié dont la demande d'asile a été refusée ? L'enquête menée par le département des enquêtes criminelles de Norrköping, à laquelle est associée la procureure Jana Berzelius, va suivre de nombreuses pistes, au fur et à mesure de la multiplication des cadavres, et va mettre à jour un monde où trafics d'être humains et actes de barbarie sont monnaie courante...
Emelie Schepp signe avec Marquée à vie un premier roman efficace et addictif : une écriture simple et percutante, des chapitres extrêmement courts, un suspense constant et de multiples rebondissements nous emportent dans une lecture rapide et rythmée, que l'on a du mal à arrêter avant le dénouement. Les personnages sont intéressants et variés, et même si je ne me suis pas particulièrement attachée à eux j'ai pris plaisir à les suivre dans leurs vies personnelles et tout au long de l'enquête. Le personnage de Jana Berzelius est le plus complexe : froide et distante vu de l'extérieur, elle est en proie à des émotions violentes et contradictoires au fur et à mesure que son douloureux passé se dévoile. Les cauchemars récurrents qui la hantent depuis toute petite sont en fait des souvenirs occultés par son esprit qui tente de survivre à l'innommable, et cette découverte va l'entraîner dans un monde où elle va devoir évoluer dans le plus grand secret. Même si l'on devine assez rapidement l'origine et le parcours de Jana, c'est selon moi la partie la plus intéressante du roman, ce qui fait toute son originalité.
 
Marquée à vie est le premier tome d'une trilogie consacrée à la procureure Jana Berzelius. Comme j'ai beaucoup apprécié cette lecture je ne m'arrêterais pas là, j'ai même hâte de découvrir la suite ! Si vous ne souhaitez pas vous lancer dans une série pas de problème, l'enquête est complète et le roman bénéficie d'une vraie fin, vous ne serez donc pas frustrés de ne lire que ce tome.